Rentrée scolaire, faire confiance à son enfant.


A l’heure de la rentrée, si la majorité des élèves retourne en classe avec plaisir, certains le font avec appréhension. Comment aider son enfant à bien passer ce cap et à réussir sa scolarité? La Lausannoise Isabel Pérez, enseignante et médiatrice scolaire, nous livre quelques conseils.

Après sept semaines de vacances, les élèves ont retrouvé les bancs d’école. Une nouvelle année scolaire s’annonce et pour de nombreux parents, elle engendre, à un moment donné, de nombreuses interrogations. Comment motiver mon enfant pour les apprentissages? Saurai-je trouver des solutions pour soutenir mon enfant dans chaque étape scolaire?Fondatrice d’IPCoaching, un centre de soutien scolaire à Lausanne, Isabel Pérez est régulièrement confrontée à ces interrogations. Cette enseignante et médiatrice scolaire vient de publier un livre «Mon enfant réussit sa scolarité», aux éditions Favre. A l’heure de la rentrée, elle nous livre quelques pistes pour vivre une scolarité sereine.
A l’heure de la rentrée, les angoisses des enfants sont courantes mais elles s’estompent au bout de quelques jours. Que faire si ce mal-être persiste?Il est important de rester attentif aux changements d’attitude chez son enfant, notamment à des manifestations de fatigue constantes, à des plaintes de maux de ventre ou de tête. Souvent, les parents pensent immédiatement que le malaise vient de l’école. Ce n’est pas toujours le cas. Un conflit, un deuil dans la famille peuvent être à l’origine de ces maux. Il s’agit aussi de ne pas projeter ses propres angoisses sur son enfant. Une attitude sereine et positive vis-à-vis de l’école permet souvent de désamorcer les tensions.Comment aider concrètement son enfant à ses débuts dans la scolarité?Afin que les élèves démarrent leur parcours avec une vision positive de l’école, le plus important est de veiller à leur sécurité affective et à leur bien-être. S’il ne parle pas de ce qu’il fait à l’école, ce n’est pas grave. Certains enfants ont envie de garder secret ce qu’il se passe en classe pour mieux s’approprier cet univers. Il faut les laisser vivre tout en restant à l’écoute si nécessaire et en manifestant son intérêt.
Que peuvent faire les parents lorsque l’enfant manque de motivation?Qu’est-ce que la motivation? Mon enfant n’aime pas la lecture parce qu’il est tout le temps plongé dans les BD? Qu’il ne fait pas ses devoirs seul à 13 ans? Certains comportements ne sont pas forcément synonymes de manque de motivation. Aimer les BD, c’est aimer lire! Une présence pour les devoirs permet de rassurer l’enfant et ne signifie pas qu’il n’a pas envie de les faire. C’est difficile d’insuffler de la motivation. Il faut jouer sur l’estime de soi, la fierté et les récompenses.Fixer des objectifs scolaires, est-ce une bonne chose? Oui, pour autant qu’ils soient réalisables et vérifiables. S’ils sont atteints, ils doivent mener à une récompense. Celle-ci ne doit pas forcément être matérielle. Une sortie en famille, un avantage, un compliment… Tous les humains fonctionnent comme ça: un merci, ça fait toujours plaisir!
Comment réagir si l’enfant refuse de faire ses devoirs?Un enfant qui n’a pas envie de les faire, c’est normal. Mais quand cela vire au refus, il faut se demander pourquoi. Est-ce un manque d’organisation, de compétence? L’enfant a-t-il besoin de soutien scolaire? Il faut proposer des solutions à l’enfant et, au besoin, sanctionner.Passées les premières classes, certains parents ne se sentent plus assez compétents pour aider leur enfant. Que faire?Il faut le dire à son enfant et rester attentif aux résultats. Si tout va bien, tant mieux. Si nécessaire, il ne faut pas hésiter à demander de l’aide à son entourage ou à des professionnels. L’enfant l’acceptera d’autant mieux qu’elle vient de l’extérieur. Mais il ne faut pas attendre que l’enfant soit embourbé et que ses lacunes deviennent trop importantes pour les combler rapidement.Un dernier conseil pour réussir sa scolarité?(Sourire). Faire confiance à son enfant!