Epreuves cantonales de référence ou ECR, Quésako ?


Généralités

Les Epreuves Cantonales de Référence, (ECR), sont des évaluations de français, de mathématiques, et d’allemand pour les élèves de 8e Harmos uniquement, que tous les écoliers vaudois passent tous les deux ans à partir de la 4e Harmos, au mois de mai. Elles permettent de situer les élèves d’une classe, d’un établissement par rapport aux écoliers de l’ensemble du canton de Vaud.

Quand ont lieu les ECR et quelles matières sont évaluées ?

Les ECR ont lieu au mois de mai pour les élèves de 4e, 6e, 8e et 10e Harmos.

En 4e : Français, mathématiques. Le résultat a une valeur indicative.

En 6e : Français et mathématiques. Le résultat compte comme un travail significatif.

En 8e : Français, mathématiques et allemand. Le résultat de chacune de ces épreuves sera pris en compte lors de la décision d’orientation des élèves. Une moyenne annuelle sera faite entre les résultats des tests assimilés et significatifs effectués durant l’année scolaire qui compteront pour 70% et la note obtenue aux ECR qui comptera pour 30% de la note annuelle finale.

En 10e : Français, mathématiques. Le résultat compte comme un travail significatif.

Et après l’école obligatoire ?

Ouf ! A l’heure actuelle, il n’existe pas d’épreuve cantonale de référence après le secondaire I, soit après la 11e Harmos. En revanche, les élèves scolarisés dans le privé qui souhaitent retourner dans les classes publiques devront passer un examen cantonal de retour dans les classes publiques et ce quel que soit leur degré dans la scolarité.

Comment préparer nos enfants aux ECR ?

La meilleure préparation à ces épreuves reste un travail régulier durant toute l’année scolaire. On observe que les notes sont sensiblement identiques, souvent à un demi-point près, entre les épreuves de référence et les résultats semestriels ou annuels. Si certaines lacunes sont constatées mieux vaut donc tenter d’y remédier tôt dans l’année. Les exercices auxquels les élèves seront confrontés lors des épreuves cantonales de référence sont eux aussi basés sur le plan d’étude romand (PER).

Il est évident que les élèves… et les parents parfois, considèrent ces épreuves comme un examen et qu’il s’agit pour eux d’une source de stress. Il faut donc permettre aux enfants de garder leurs moyens. Sur le site du département, les parents peuvent télécharger un exemple d’une ancienne épreuve par matière et par degré ainsi que les corrigés. Bon nombre d’écoliers feront aussi une ou plusieurs épreuves en classe avec leurs enseignants, souvent à titre d’exercice.

Nombre de structures proposent également des cours de préparation à ces épreuves.

Ce qui est important c’est de permettre aux élèves de prendre connaissance d’une ancienne ECR afin qu’il puisse se familiariser avec les consignes et des notions ou exercices types qui reviennent chaque année.
Les petits trucs en plus !

1. Avoir les bons outils. Le soir d’avant, faites le point avec votre enfant quant au matériel nécessaire. A-t-il des crayons taillés, sa gomme fétiche, une règle et tout le matériel requis ?

2. Habituez votre enfant à gérer le temps et à avoir des repères temporels. Une montre est indispensable le jour des épreuves de même que la capacité à savoir ce qui a été fait en combien de temps et… ce qu’il reste à faire, par rapport au temps imparti !
3. Incroyable mais… vrai ! Certains élèves malheureux ont oublié, dans le stress, de tourner une page. Recommandez à vos enfants de tourner toutes les pages, recto-verso et de compter les exercices.

4. Le soir d’avant, câlins, massages, lait chaud au miel seront bienvenus. Bon d’accord, sauf pour votre grand ado… quoi que. Les « révisions de dernières minutes » sont à laisser aux oubliettes.
5. Le jour J, si les enfants parviennent à déjeuner… c’est l’idéal ! Si votre enfant rechigne même devant le plus beau bol de flocons au yoghourt et fruits, tentez la barre énergétique dans la poche et le jus de fruits.

6. Pour gagner au loto, il faut jouer certes, mais aussi compléter toutes les cases. Rappelez à votre enfants qu’il vaut mieux vaut compléter un exercice, même s’ils ne sont pas sûr de la réponse, plutôt que de le laisser vide, par crainte de faire faux ! Peut-être que la chance sera avec eux ! Et si un exercice paraît vraiment trop complexe… autant aller de l’avant quitte à y revenir par la suite si du temps demeure.

7. Un enfant serein a un entourage qui a su le rassurer. Discutez avec votre enfant de ce qu’il a déjà réussi et dont il est fier au niveau scolaire ou extrascolaire (compétition sportive, audition). Aidez-le à prendre conscience de sa capacité à avoir su surmonter une situation de stress.

8. Assurer les exercices typiques ! Les élèves auront toujours une rédaction. Liste de courses, recettes, cartes postales, toutes les occasions sont bonnes pour encourager votre enfant à écrire régulièrement, afin d’éviter la hantise de la page blanche.
9. En maths, des calculs sont toujours au programme… après la liste de course, imaginer le montant, le calculer… et à la main ! Un entraînement régulier au calcul de base permettra à votre champion(ne) de gagner des points et de ne pas commettre ce type d’erreur. Enfin, ainsi votre enfant sera délesté du poids du calcul et pourra se centrer sur le raisonnement.

10. C’est en forgeant que l’on devient forgeron. Votre enfant panique à l’idée de faire un piètre résultat ? Et vous, avez-vous toujours tout réussi avec brio ? Oublions quelques instants la pression, le stress ambiant. Votre enfant n’est-il pas le plus beau, le plus intelligent et le plus formidable, quoi qu’il arrive ? Tôt ou tard, il y arrivera, vous en êtes persuadé, n’est-ce pas ? Alors, convainquez-le !
Les liens utiles officiels :